Un regard sur la vulnérabilité de l’Homme, un rappel de son ingéniosité renouvelée

Au milieu d’une première nuit sur le terrain (d’entrainement pour eux, d’observation pour moi), en pleine ethnographie, cette photo me rappelle qu’il m’avait fallu apprendre a prioriser, a faire avec et a dépasser la frustration d’une contrainte qui s’impose a cela ne nous demandait aucun effort juste avant… Cette nuit-là, j’étais avec eux au milieu d’un découvert en plein exercice tactique, il m’a fallu reconnaitre que le froid, la fatigue, l’inconfort, le poids, le manque de lumière et l’attente sont des faits et que mon mode de vie en avait fait une donnée contrôlable qui parfois ne le sont plus. Une après-midi de confinement alors qu’ont des centaines de kilomètres d’eux, dans mon bureau, je pose un regard ethnologique sur mes notes, un parallèle me fait sourire… Cette fois-ci c’est la distance, le risque de contact, la limitation des déplacements urbains et les modalités d’interactions qui me font face et qui m’obligent à reconnaitre certaines habitudes de vie tellement apprises qu’elles étaient devenues transparentes. 

À cette après-midi de confinement qui fut une journée de lutte contre mon ethnocentrisme et qui m’a permis un instant de me retrouver sur le terrain d’enquête qui m’a accueilli presque un an et qui s’est arrêtée brutalement pour le confinement. 

Léa Ruelle Wargnier – EVS/CTT

Le lac Mead vu du ciel

Quand je suis arrivée sur mon terrain en Arizona, fin février, j’avais déjà l’impression d’être passée entre les mailles du filet qui peu à peu se refermait sur le monde. D. Trump avait déjà interdit l’entrée aux États-Unis à toute personne s’étant rendue en Chine dans les jours précédents. Dans l’avion, un passager assis non loin de moi portait un masque. À l’Université d’Arizona, le campus était désert. Les étudiants étaient partis pour le fameux Spring Break, dans leur famille ou faire la fête. Le jour prévu pour la reprise des cours, le campus a finalement fermé et le restera jusqu’à septembre. Je suis donc rentrée, par une des dernières liaisons aériennes entre la France et les États-Unis : Los Angeles – Paris. Pour une géographe, ce vol est un ravissement. J’ai vu la skyline de Los Angeles surgir des nuages, les plages de Californie s’étendre à perte de vue, le Grand Canyon… Et surtout le lac Mead, ce grand réservoir, situé à plus de 500 km de mon terrain, qui est la clé de voûte de plus en plus fragile de la gestion de l’eau dans les villes d’Arizona que j’étudie. Par la suite, on a surplombé les grands champs irrigués du Midwest, puis je me suis endormie…

Anne-Lise Boyer EVS/Biogéophile

Au fil de l’eau et du versant

Réveillée avant que ne pointe l’aube, je bois un grand café et enfile mes chaussures de randonnée. Je contrôle mon petit paquetage : GPS, appareil photo, de l’eau, un repas. Je suis prête à partir. Je prends le volant, traverse la campagne encore endormie sous le soleil naissant dans la Dombes puis m’enfonce dans mes coteaux viticoles. Ma carte et mes feutres en main et le sac sur le dos, je mène mon enquête. Telle une goutte d’eau dissidente, je remonte la pente depuis le bord du cours d’eau jusqu’aux lignes de crêtes empruntant les voies d’écoulement. Je dois toutes les parcourir et aucun élément des réseaux de drainage ne doit m’échapper ! Je crapahute à longueur de journée, tournant en rond, traquant les canalisations enterrées et leurs jonctions, les bacs de collecte de sédiments aventureux et les bricolages destinés à remettre mes amies venues des nuages sur le droit chemin.

Jessica PIC – EVS/CRGA

Le Haut-Rhône en 1835

Un de mes terrains de recherche est le Rhône français. Je collecte ce type de cartes, du 17e au 19e siècle, pour étudier la dynamique morpho-écologique du fleuve avant les grands endiguements et constructions de barrages. Depuis 3 ans, j’ai passé beaucoup de temps à parcourir le Rhône sur ces cartes. Le confinement n’altère donc pas mes activités et j’appréhende mon terrain de la même manière, que je sois à l’ENS ou confinée chez moi. Mais la cartographie a cela de paradoxal qu’elle nous déconnecte parfois du terrain. Il est bon de s’y replonger parfois. C’est donc avec émotion que j’avais passé un week-end au vert l’année dernière, dans le secteur de Chanaz et j’avais découvert en 3 D ce territoire que j’avais maintes fois parcouru sur écran. J’avais mangé une gaufre au bord du canal de Savières à Chanaz, il relie le Rhône au lac du Bourget. J’étais montée sur les hauteurs pour apprécier les profonds changements paysagers, mes vieilles cartes en tête. Le fleuve divaguant n’existe plus. Mais le Haut-Rhône reste le tronçon le plus préservé du Rhône français. J’ai hâte de pouvoir m’y balader de nouveau, pour faire des mesures et saluer les collègues du Syndicat du Haut-Rhône.

Fanny Arnaud – EVS/Biogéophile

Ça pousse

La situation est particulière, privée de mon terrain je suis pourtant confinée dessus. En effet, j’étudie la création d’exploitation par des cultivateurs marocains dans le village de mes parents. Eux-même agriculteurs, ils continuent à travailler et à côtoyer ces acteurs dont je suis désormais privée. Pourtant ils sont là, tout autour, et si je ne peux les approcher, je peux les observer. En faisant mon footing je vois les serres se monter, en aidant mes parents qui rencontrent des problèmes de main d’oeuvre je peux les saluer. Et surtout, ma famille peut les observer, leur parler, garder le lien pour moi. C’est pourquoi j’ai choisi cet extrait de conversation What’s App qui représente deux choses. À la fois, le maintien du lien avec un terrain proche, presque intime, mais aussi l’engagement et le soutien de ma famille dans cette démarche. Car finalement l’objet de mon terrain ce ne sont pas que les cultivateurs, mais la recomposition des liens entre ces populations autrefois étrangères, désormais familières, et ma propre famille, qui avant avait peu d’interactions avec eux. Finalement, confinées ou pas, les courgettes poussent, et les liens humains aussi.

Anne Lascaux – EVS/CRGA

Trottoirs fleuris

Il y a quelques semaines seulement je passais encore (beaucoup !) de mon temps à arpenter les rues de Lyon à la recherche des micro-implantations florales, ces petits trous faits dans le bitume des trottoirs où les citadins plantent des fleurs, des herbes aromatiques ou des petits arbustes. J’avais la parfaite panoplie de la chercheuse en sciences sociales sur son terrain avec son carnet, ses stylos et son appareil photo. Aujourd’hui, plus encore que cet arpentage du terrain, ce sont les rencontres qui en découlaient qui nourrissent les souvenirs. Ces habitants qui me faisaient visiter la rue qu’ils jardinaient, me racontaient l’histoire de telle graine donnée par tel voisin, ces petites anecdotes sur cette fleur qui ne cessait d’être arrachée ou bien nos discussions sur la pluie et le beau temps (tellement important pour ces petites plantes de bitume, et je ne peux que me demander si elles ont pu être arrosées pendant le confinement !).

Amélie Deschamps – EVS/CRGA

La privatisation littorale : un objet qui se dérobe à l’observation de terrain…

Étudier en géographe le lac de Côme – dont le rivage abrupt et découpé lui vaut parfois d’être comparé à un fjord – suppose d’abord d’interminables trajets le long des anfractuosités d’un littoral fractal. S’intéresser à la privatisation du front d’eau conduit ensuite à arpenter de discrètes rues résidentielles bordées de murs opulents et de haies odorantes, qui dérobent à la vue de luxueuses villas donnant directement sur le lac. On sait le rivage tout proche, on imagine la vue imprenable sur la nappe d’eau, on suppose l’accès privatif au lac, mais on ne voit rien de tout ça. « Il ne faut pas trop montrer au peuple comment on vit au château », dirait le vieux sage… Aussi divin que soit l’effluve du jasmin, c’est un terrain frustrant. Les bateaux de la Navigazione laghi, dont la régularité des horaires dit l’importance touristique, offrent une occasion décisive pour changer de perspective, sous le soleil printanier. Seules les observations réalisées depuis l’eau permettent de prendre la mesure de la rente de site dont jouissent ces villas !

Alice Nikolli – EVS/Biogéophile

Pour une nouvelle écologie politique humaine

Pourquoi ne pas rester sur mon terrain en ces temps compliqués ? C’est la question que je me suis posée alors que je montais dans un avion vide pour rentrer de mon terrain ce 20 mars 2020 pour cause de COVID-19. Je montais dans cet avion plein d’images, de vies, de partages, d’informations et de travail mais aussi d’incompréhensions pour ce qu’il pouvait m’arriver. Mais surtout je me demandais ce que deviendraient les personnes qui survivent directement ou indirectement grâce au tourisme dans un pays comme le Kenya où le tourisme et la conservation de la faune sauvage et des paysages produit une part très importante de l’économie, aussi bien au niveau national que local. Cela, alors que le tourisme Kenyan se relève à peine des derniers attentats ayant touchés le pays en 2016, avec une ré-augmentation progressive du nombre de touristes participant à des safaris et à une économie florissante. Mais alors, comment se relever d’une telle crise internationale : économiquement, politiquement et tout simplement humainement ? Continuer en juxtaposant deux modèles : d’un côté le pastoralisme semi-sédentaire Maasai face à celui de la réussite économique de la conservation dans un monde globalisé et des politiques globalisantes.

Arthur Bostvironnois – EVS/IRG

Souvenir de Roubaix

Au rythme de mes allées et venues au quartier du Pile, les maisons disparaissent. Elles tombent une à une sous les coups effrénés des pelleteuses et des bulldozers. Le paysage urbain est chaque jour plus perforé. Les terrains libérés attendent, peut-être deviendront-ils des espaces publics végétalisés comme il est d’usage dans les villes en décroissance, ou bien seront-ils partiellement reconstruits. Ce qui n’empêche pas leur occupation temporaire comme ici, au Jardin du Bonheur, qui en 2016 s’est inséré entre deux rues. Composé d’un jardin partagé clôturé et d’une partie engazonnée ouverte, il est agrémenté de tables et d’assises en bois construites par le collectif « Les Saprophytes ». L’année dernière, en traversant le jardin, souvent pratiqué par les gens du quartier, des fillettes m’interpellent. Elles veulent que je les prenne en photo. Bien installées mais un peu gênées, elles prennent la pose en se cachant à moitié, ça y est le portrait est tiré. L’enquête terminée, le cliché me rappelle que, malgré ses longues séries de rues et de maisons parfois désertées, le quartier reste habité. La déconstruction de la structure bâtie du Pile réanimerait-elle sa vie sociale ?

Pauline Chavassieux – EVS/ISTHME


Portrait de terrain, visage d’une ville parcourue en long en large

Avec Chantal, nous avons parlé de son arrivée dans l’immeuble en 2018, elle qui avec son mari, avait choisi l’appartement sommital, sur plan, au 16e, bien au-dessus de tout le quartier de la Confluence. D’ici, la vue sur Lyon est imprenable, nous nous y promenons, immobiles depuis son balcon pendant de longues minutes, à identifier tels ou tels lieux, elle semble tout connaître de la ville. En bas, les voitures circulent déjà, leur cacophonie semble distante, mais si proche à la fois. Elle s’associe au bruit des grues et des travaux dans un ensemble sonore complexe, atmosphérique. En hauteur, l’expérience quotidienne du paysage semble ancrer l’habitante au milieu de son environnement, à distance du sol urbain, mais à proximité des oiseaux qui, me dit-elle, nichent sur le toit. À défaut de regarder le Mont Blanc, invisible en cette matinée d’Octobre à cause de la pollution de l’air, nous avons parlé de la pluie et du beau temps, du froid et de la chaleur. J’ose alors lui demander de prendre son portrait, au grand angle, au premier plan de sa ville. 

Geoffrey Mollé – EVS/IRG

Partager l’objet de son terrain

En ces temps reclus, ailleurs est un mot plus beau que demain, pour reprendre l’adage de Morand. Mélancolique, l’expérience du confinement fait gamberger à l’intérieur. Le ou la chercheur.e se remémore son terrain, souffrant parfois d’en avoir été coupé.e, mais nourrissant l’envie de s’y replonger une fois libéré.e. À la fois par nécessité, et par affection pour cet espace investi corps et âme. Or l’objet de cet affect n’a pas lui aussi à être cloisonné. Partagé, il communique une sensation, une émotion, et stimule encore nos envies d’évasion. Sentez vous libre donc, de donner un souvenir de votre terrain, une photographie, un enregistrement sonore, une vidéo, une narration, un croquis, et de justifier ce choix si vous le désirez. Parce que la distance physique ne saurait être un obstacle à la mise en commun, mais plutôt un prétexte à la cohésion d’un collectif, cette initiative n’a d’autre utilité que de tisser des liens immatériels entre nous. Mais peut-être pourrons-nous en imaginer des formes de restitution, autour d’une cartographie sensible et interactive de vos terrains…pour lors jouons tou.te.s de bon coeur !

Geoffrey Mollé – EVS/IRG