Un regard sur la vulnérabilité de l’Homme, un rappel de son ingéniosité renouvelée

Au milieu d’une première nuit sur le terrain (d’entrainement pour eux, d’observation pour moi), en pleine ethnographie, cette photo me rappelle qu’il m’avait fallu apprendre a prioriser, a faire avec et a dépasser la frustration d’une contrainte qui s’impose a cela ne nous demandait aucun effort juste avant… Cette nuit-là, j’étais avec eux au milieu d’un découvert en plein exercice tactique, il m’a fallu reconnaitre que le froid, la fatigue, l’inconfort, le poids, le manque de lumière et l’attente sont des faits et que mon mode de vie en avait fait une donnée contrôlable qui parfois ne le sont plus. Une après-midi de confinement alors qu’ont des centaines de kilomètres d’eux, dans mon bureau, je pose un regard ethnologique sur mes notes, un parallèle me fait sourire… Cette fois-ci c’est la distance, le risque de contact, la limitation des déplacements urbains et les modalités d’interactions qui me font face et qui m’obligent à reconnaitre certaines habitudes de vie tellement apprises qu’elles étaient devenues transparentes. 

À cette après-midi de confinement qui fut une journée de lutte contre mon ethnocentrisme et qui m’a permis un instant de me retrouver sur le terrain d’enquête qui m’a accueilli presque un an et qui s’est arrêtée brutalement pour le confinement. 

Léa Ruelle Wargnier – EVS/CTT


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.