Le lac Mead vu du ciel

Quand je suis arrivée sur mon terrain en Arizona, fin février, j’avais déjà l’impression d’être passée entre les mailles du filet qui peu à peu se refermait sur le monde. D. Trump avait déjà interdit l’entrée aux États-Unis à toute personne s’étant rendue en Chine dans les jours précédents. Dans l’avion, un passager assis non loin de moi portait un masque. À l’Université d’Arizona, le campus était désert. Les étudiants étaient partis pour le fameux Spring Break, dans leur famille ou faire la fête. Le jour prévu pour la reprise des cours, le campus a finalement fermé et le restera jusqu’à septembre. Je suis donc rentrée, par une des dernières liaisons aériennes entre la France et les États-Unis : Los Angeles – Paris. Pour une géographe, ce vol est un ravissement. J’ai vu la skyline de Los Angeles surgir des nuages, les plages de Californie s’étendre à perte de vue, le Grand Canyon… Et surtout le lac Mead, ce grand réservoir, situé à plus de 500 km de mon terrain, qui est la clé de voûte de plus en plus fragile de la gestion de l’eau dans les villes d’Arizona que j’étudie. Par la suite, on a surplombé les grands champs irrigués du Midwest, puis je me suis endormie…

Anne-Lise Boyer EVS/Biogéophile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.