Au fil de l’eau et du versant

Réveillée avant que ne pointe l’aube, je bois un grand café et enfile mes chaussures de randonnée. Je contrôle mon petit paquetage : GPS, appareil photo, de l’eau, un repas. Je suis prête à partir. Je prends le volant, traverse la campagne encore endormie sous le soleil naissant dans la Dombes puis m’enfonce dans mes coteaux viticoles. Ma carte et mes feutres en main et le sac sur le dos, je mène mon enquête. Telle une goutte d’eau dissidente, je remonte la pente depuis le bord du cours d’eau jusqu’aux lignes de crêtes empruntant les voies d’écoulement. Je dois toutes les parcourir et aucun élément des réseaux de drainage ne doit m’échapper ! Je crapahute à longueur de journée, tournant en rond, traquant les canalisations enterrées et leurs jonctions, les bacs de collecte de sédiments aventureux et les bricolages destinés à remettre mes amies venues des nuages sur le droit chemin.

Jessica PIC – EVS/CRGA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.