Le Haut-Rhône en 1835

Un de mes terrains de recherche est le Rhône français. Je collecte ce type de cartes, du 17e au 19e siècle, pour étudier la dynamique morpho-écologique du fleuve avant les grands endiguements et constructions de barrages. Depuis 3 ans, j’ai passé beaucoup de temps à parcourir le Rhône sur ces cartes. Le confinement n’altère donc pas mes activités et j’appréhende mon terrain de la même manière, que je sois à l’ENS ou confinée chez moi. Mais la cartographie a cela de paradoxal qu’elle nous déconnecte parfois du terrain. Il est bon de s’y replonger parfois. C’est donc avec émotion que j’avais passé un week-end au vert l’année dernière, dans le secteur de Chanaz et j’avais découvert en 3 D ce territoire que j’avais maintes fois parcouru sur écran. J’avais mangé une gaufre au bord du canal de Savières à Chanaz, il relie le Rhône au lac du Bourget. J’étais montée sur les hauteurs pour apprécier les profonds changements paysagers, mes vieilles cartes en tête. Le fleuve divaguant n’existe plus. Mais le Haut-Rhône reste le tronçon le plus préservé du Rhône français. J’ai hâte de pouvoir m’y balader de nouveau, pour faire des mesures et saluer les collègues du Syndicat du Haut-Rhône.

Fanny Arnaud – EVS/Biogéophile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.