Ça pousse

La situation est particulière, privée de mon terrain je suis pourtant confinée dessus. En effet, j’étudie la création d’exploitation par des cultivateurs marocains dans le village de mes parents. Eux-même agriculteurs, ils continuent à travailler et à côtoyer ces acteurs dont je suis désormais privée. Pourtant ils sont là, tout autour, et si je ne peux les approcher, je peux les observer. En faisant mon footing je vois les serres se monter, en aidant mes parents qui rencontrent des problèmes de main d’oeuvre je peux les saluer. Et surtout, ma famille peut les observer, leur parler, garder le lien pour moi. C’est pourquoi j’ai choisi cet extrait de conversation What’s App qui représente deux choses. À la fois, le maintien du lien avec un terrain proche, presque intime, mais aussi l’engagement et le soutien de ma famille dans cette démarche. Car finalement l’objet de mon terrain ce ne sont pas que les cultivateurs, mais la recomposition des liens entre ces populations autrefois étrangères, désormais familières, et ma propre famille, qui avant avait peu d’interactions avec eux. Finalement, confinées ou pas, les courgettes poussent, et les liens humains aussi.

Anne Lascaux – EVS/CRGA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.