La privatisation littorale : un objet qui se dérobe à l’observation de terrain…

Étudier en géographe le lac de Côme – dont le rivage abrupt et découpé lui vaut parfois d’être comparé à un fjord – suppose d’abord d’interminables trajets le long des anfractuosités d’un littoral fractal. S’intéresser à la privatisation du front d’eau conduit ensuite à arpenter de discrètes rues résidentielles bordées de murs opulents et de haies odorantes, qui dérobent à la vue de luxueuses villas donnant directement sur le lac. On sait le rivage tout proche, on imagine la vue imprenable sur la nappe d’eau, on suppose l’accès privatif au lac, mais on ne voit rien de tout ça. « Il ne faut pas trop montrer au peuple comment on vit au château », dirait le vieux sage… Aussi divin que soit l’effluve du jasmin, c’est un terrain frustrant. Les bateaux de la Navigazione laghi, dont la régularité des horaires dit l’importance touristique, offrent une occasion décisive pour changer de perspective, sous le soleil printanier. Seules les observations réalisées depuis l’eau permettent de prendre la mesure de la rente de site dont jouissent ces villas !

Alice Nikolli – EVS/Biogéophile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.