Pour une nouvelle écologie politique humaine

Pourquoi ne pas rester sur mon terrain en ces temps compliqués ? C’est la question que je me suis posée alors que je montais dans un avion vide pour rentrer de mon terrain ce 20 mars 2020 pour cause de COVID-19. Je montais dans cet avion plein d’images, de vies, de partages, d’informations et de travail mais aussi d’incompréhensions pour ce qu’il pouvait m’arriver. Mais surtout je me demandais ce que deviendraient les personnes qui survivent directement ou indirectement grâce au tourisme dans un pays comme le Kenya où le tourisme et la conservation de la faune sauvage et des paysages produit une part très importante de l’économie, aussi bien au niveau national que local. Cela, alors que le tourisme Kenyan se relève à peine des derniers attentats ayant touchés le pays en 2016, avec une ré-augmentation progressive du nombre de touristes participant à des safaris et à une économie florissante. Mais alors, comment se relever d’une telle crise internationale : économiquement, politiquement et tout simplement humainement ? Continuer en juxtaposant deux modèles : d’un côté le pastoralisme semi-sédentaire Maasai face à celui de la réussite économique de la conservation dans un monde globalisé et des politiques globalisantes.

Arthur Bostvironnois – EVS/IRG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.