Souvenir de Roubaix

Au rythme de mes allées et venues au quartier du Pile, les maisons disparaissent. Elles tombent une à une sous les coups effrénés des pelleteuses et des bulldozers. Le paysage urbain est chaque jour plus perforé. Les terrains libérés attendent, peut-être deviendront-ils des espaces publics végétalisés comme il est d’usage dans les villes en décroissance, ou bien seront-ils partiellement reconstruits. Ce qui n’empêche pas leur occupation temporaire comme ici, au Jardin du Bonheur, qui en 2016 s’est inséré entre deux rues. Composé d’un jardin partagé clôturé et d’une partie engazonnée ouverte, il est agrémenté de tables et d’assises en bois construites par le collectif « Les Saprophytes ». L’année dernière, en traversant le jardin, souvent pratiqué par les gens du quartier, des fillettes m’interpellent. Elles veulent que je les prenne en photo. Bien installées mais un peu gênées, elles prennent la pose en se cachant à moitié, ça y est le portrait est tiré. L’enquête terminée, le cliché me rappelle que, malgré ses longues séries de rues et de maisons parfois désertées, le quartier reste habité. La déconstruction de la structure bâtie du Pile réanimerait-elle sa vie sociale ?

Pauline Chavassieux – EVS/ISTHME



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.