Portrait de terrain, visage d’une ville parcourue en long en large

Avec Chantal, nous avons parlé de son arrivée dans l’immeuble en 2018, elle qui avec son mari, avait choisi l’appartement sommital, sur plan, au 16e, bien au-dessus de tout le quartier de la Confluence. D’ici, la vue sur Lyon est imprenable, nous nous y promenons, immobiles depuis son balcon pendant de longues minutes, à identifier tels ou tels lieux, elle semble tout connaître de la ville. En bas, les voitures circulent déjà, leur cacophonie semble distante, mais si proche à la fois. Elle s’associe au bruit des grues et des travaux dans un ensemble sonore complexe, atmosphérique. En hauteur, l’expérience quotidienne du paysage semble ancrer l’habitante au milieu de son environnement, à distance du sol urbain, mais à proximité des oiseaux qui, me dit-elle, nichent sur le toit. À défaut de regarder le Mont Blanc, invisible en cette matinée d’Octobre à cause de la pollution de l’air, nous avons parlé de la pluie et du beau temps, du froid et de la chaleur. J’ose alors lui demander de prendre son portrait, au grand angle, au premier plan de sa ville. 

Geoffrey Mollé – EVS/IRG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.