Partager l’objet de son terrain

En ces temps reclus, ailleurs est un mot plus beau que demain, pour reprendre l’adage de Morand. Mélancolique, l’expérience du confinement fait gamberger à l’intérieur. Le ou la chercheur.e se remémore son terrain, souffrant parfois d’en avoir été coupé.e, mais nourrissant l’envie de s’y replonger une fois libéré.e. À la fois par nécessité, et par affection pour cet espace investi corps et âme. Or l’objet de cet affect n’a pas lui aussi à être cloisonné. Partagé, il communique une sensation, une émotion, et stimule encore nos envies d’évasion. Sentez vous libre donc, de donner un souvenir de votre terrain, une photographie, un enregistrement sonore, une vidéo, une narration, un croquis, et de justifier ce choix si vous le désirez. Parce que la distance physique ne saurait être un obstacle à la mise en commun, mais plutôt un prétexte à la cohésion d’un collectif, cette initiative n’a d’autre utilité que de tisser des liens immatériels entre nous. Mais peut-être pourrons-nous en imaginer des formes de restitution, autour d’une cartographie sensible et interactive de vos terrains…pour lors jouons tou.te.s de bon coeur !

Geoffrey Mollé – EVS/IRG


Une réflexion sur « Partager l’objet de son terrain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.